Distribution

Avec Frank DEBEAUD et Juliette DUFOUR.

Note de mise en scène

Martin Luther King a été assassiné le 4 avril 1968. Quarante ans après, l’action de son message est plus que jamais présente dans la société américaine qui a élu Barak Obama à la présidence des Etats-Unis. Mais que connaissons nous de lui, de ce qui l’a porté pendant toutes ces années de lutte et de tribulations ?
Son livre « La force d’aimer », écrit en 1963, est un vibrant plaidoyer pour la paix et l’amour entre les hommes. Il nous invite à entrer dans la force de la pensée qui l’a habité pendant ces années éprouvantes de combat, pensée qu’il puise aux sources de sa foi chrétienne.
Le souffle présent dans ce livre, manifesté en action dans sa lutte non violente contre la ségrégation, pour la justice sociale est ce qui nous a inspiré pour l’élaboration de ce spectacle aux différentes formes ; jeu théâtral, danse et chant.
Le souffle d'une parole, le cri d'un homme qui nous interpelle jusque dans l’intimité de notre être.
Frank Debeaud

L'équipe

Frank DEBEAUD - Metteur en scène
Juliette DUFOUR - Chorégraphe
Sophie ROVILLON - Coach vocal
Patricia FILON - Traduction
Stéphane FILON - Musique et effets sonores
http://www.lads-lartduson.fr/
Jessica GERACI - Costumière
Jean Claude BANSEPT - Régisseur son

Renseignements, programmation, dossier de presse :
mlk@letlp.org - 06 63 58 49 11

Extraits du livre d'or

«Très émue par cette représentation, les larmes au bord des yeux et du cœur car nous sommes encore aujourd’hui concerné par les injustices de discrimination. Merci pour ce merveilleux moment, vous êtes formidables de vérité et de bonté.»

«Merci à vous. On devient meilleur.»

«…merci de ces appels au dépassement, tenace, enraciné, amoureux…»

«Merci du fond du cœur. J’ai reçu votre spectacle comme un cadeau de Dieu…»

«Très beau spectacle. BRAVO à votre équipe, nous avons besoin de vous pour nous réveiller…»…

Représentations

...

jeudi 20 janvier 2011

Colloque Justice, Paix et Réconciliation du 21 au 29 janvier 2011

Retrouvez le spectacle "La force d'aimer" en Guadeloupe dans une nouvelle mise en scène et une nouvelle distribution lors du colloque "Justice, Paix et Réconciliation".
Ce colloque organisé sous la direction de Jean Claude Girondin (Photo) cherche à inspirer ceux qui aspirent à la construction d'une autre Guadeloupe. L'objectif principal de ce projet voulu fédérateur et concernant plusieurs domaines est d'apporter une modeste contribution à la transformation sociale et morale ou spirituelle de notre pays à côté de tous ceux, hommes et femmes de bonne volonté de tous horizons qui luttent avec la certitude qu'une autre Guadeloupe est possible.

www.lerevedemartinlutherking.fr/spectacle.html

mercredi 19 mai 2010

Dorothy Height est décédée le 20 avril 2010 à l'âge de 98 ans.

Le président Obama lui a rendu hommage, la décrivant comme « la marraine du mouvement des droits civiques et une héroïne pour un grand nombre d’Américains ».
Œuvrant en étroite collaboration avec le pasteur Martin Luther King, Mme Height lutta en faveur de la déségrégation des écoles et de l'accès des Noirs à l'emploi et aux services et aménagements publics. En août 1963, elle se tenait à côté de Martin Luther King quand il prononça son discours « I have a dream » (Je fais un rêve) devant le monument à Lincoln, à Washington.
http://www.america.gov/st/peopleplace-french/2010/April/20100429140632MEorerraM0.9151575.html

samedi 18 juillet 2009

vendredi 19 juin 2009

Excuses du Sénat américain pour l'esclavage et la ségrégation


Le Sénat américain présente des excuses pour l'esclavage et la ségrégationWASHINGTON (AFP) — Cinq mois après l'entrée à la Maison-Blanche du premier président noir, Barack Obama, le Sénat des Etats-Unis a formellement présenté des excuses jeudi, au nom du peuple américain, pour "l'esclavage et la ségrégation raciale" envers les Noirs américains.Cette résolution symbolique a été approuvée par acclamation, démocrates et républicains étant largement d'accord sur les termes du texte.La résolution devra être également être adoptée par la Chambre des représentants, mais ne requiert pas de signature du président Obama.Elle intervient à la veille de la célébration annuelle de la fin de l'escalavage aux Etats-Unis en 1865, après la guerre de Sécession. Le texte reconnaît "l'injustice fondamentale, la cruauté, la brutalité et l'inhumanité de l'esclavage" et des lois ségrégationnistes connues sous le nom de "lois Jim Crow" qui ont été abolies en 1964 par la loi sur les droits civiques, le "Civil Rights Act" qui interdit toute forme de discrimination dans les lieux publics.Il présente des "excuses aux Noirs américains au nom du peuple américain, pour le mal qui leur été fait, ainsi qu'à leurs ancêtres qui ont souffert de l'escalavage et des lois Jim Crow".En outre, le texte qui reprend les termes de la déclaration d'Indépendance des Etats-Unis du 4 juillet 1776 réclame un "nouvel engagement du Congrès au principe selon lequel tous les êtres sont créés égaux et avec des droits inaliénables à la vie, la liberté, et la poursuite du bonheur".Toutefois, il stipule bien que le texte de la résolution ne peut servir de "support à une plainte contre les Etats-Unis". D'ailleurs, le groupe des élus noirs de la Chambre des représentants, a exprimé ses "inquiétudes" sur cette dernière disposition."Alors que nous sommes fiers de cette résolution qui est attendue depuis longtemps, un vrai travail reste à accomplir (...) pour créer de meilleures opportunités pour tous les Américains. C'est véritablement le seul moyen de répondre à l'héritage de l'esclavage et de Jim Crow", a déclaré jeudi le sénateur Tom Harkin qui a introduit le projet de résolution.Le sénateur républicain Sam Brownback a qualifié d'"historique" la résolution adoptée jeudi.Par ailleurs, une cérémonie est prévue début juillet au Capitole, siège du Congrès, pour "marquer l'occasion", a assuré M. Harkin. Le président Obama pourrait assister à cet événement.L'ancien président Bill Clinton avait exprimé ses "regrets" pour le rôle des Etats-Unis dans la traite des esclaves.Le prédécesseur de Barack Obama, George W. Bush, avait qualifié l'esclavage de "l'un des plus grands crimes de l'Histoire", lors d'une visite en juillet 2003 sur l'île de Gorée au Sénégal, lieu de mémoire de la traite des Noirs.Certains Etats américains ont adopté de leur côté des résolutions regrettant l'esclavage.En juillet 2008, la Chambre des représentants avait présenté ses excuses formelles une première fois au nom du gouvernement fédéral pour "la fondamentale injustice, la cruauté, la brutalité et l'inhumanité" de l'esclavage et de la ségrégation raciale les Noirs. Il s'agissait alors du premier repentir officiel.Les premiers esclaves africains étaient arrivés en 1619 sur les côtes de la colonie britannique de Virginie (est) ce qui, comme le souligne la résolution, porte à 246 le nombres d'années d'esclavage dans l'histoire américaine. L'esclavage n'a été officiellement aboli aux Etats-Unis qu'en 1865, dans le 13e amendement de la Constitution. AFP : Jeudi 18 Juin 2009
Voir la vidéo sur http://www.youtube.com/watch?v=FwOBC5bG08k&eurl=http%3A%2F%2Fharkin%2Esenate%2Egov%2F&feature=player_embedded

samedi 7 mars 2009

samedi 24 janvier 2009

Le rêve devenu réalité

Le mardi 20 janvier 2009, un an jour pour jour après s'être recueilli sur la tombe de Martin Luther King, Barack Obama est devenu le 44ème président des Etats-Unis.

"...Je fais le rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés pour la couleur de leur peau, mais pour le contenu de leur personne. Je fais ce rêve aujourd'hui !..."

Discours de Martin Luther King à Washington Dc le 28 août 1963.

vendredi 28 novembre 2008

De Rosa Parks à MLK à Obama à...


Rosa Park sat for Martin Luther King to be able to stand up
Martin Luther King walked for Obama to be able to run
Obama runs for our children to be abble to fly.

Rosa Parks s'est assise pour que Martin Luther King puisse se lever, Martin Luther King a marché pour qu'Obama puisse courir, Obama court pour que nos enfants puissent voler.

samedi 15 novembre 2008

Barak OBAMA sur la tombe de Martin Luther King


Le sénateur Barak Obama se recueille sur la tombe de Martin Luther King le 20 janvier 2008 à Atlanta en Georgie.
Il est entouré de la soeur de Martin Luther King, Christine Farris et de son neveu Isaac Farris Junior.

vendredi 14 novembre 2008

Barak OBAMA rend hommage à Martin Luther King

Le dimanche 20 janvier 2008, veille du "Martin Luther King day" (jour férié aux Etats Unis) Barak Obama a prononcé un discours en hommage à Martin Luther King dans l'église Baptiste Ebenezer à Atlanta. Eglise où King et son père, Martin Luther King Sénior furent pasteurs.

Il a comparé l'action de Martin Luther King à celle de Josué, le personnage biblique.
Son peuple ne pouvant vaincre la ville de Jéricho par la force reçu le commandement de Dieu de se lever ensemble et de marcher autour de la ville et après sept jours de crier au son de la corne. Cette action fit tomber les murs de la ville.

"King a inspiré par des paroles non de colère, mais d'urgence qui sont toujours d'actualité". Et ce sont ces paroles qui ont rassemblé dans l'unité, cette unité condition de la victoire. Et Barak Obama reprend le flambeau "Si assez d'américains avaient conscience de l'injustice ; s'il se réunissaient, Nord et Sud, riches et pauvres, chrétiens et juifs, alors peut être que ce mur s'écroulerait, et la justice coulerait comme de l'eau, et la vertu comme un flot puissant."

jeudi 13 novembre 2008

Evènement décembre 2008

"La force d'aimer" au Trocadéro
dimanche 7 décembre
à 15h et à 18h
dans le cadre de l'évènement du 5 au 21 décembre "Un jour Martin Luther King".
Au programme:
-Une exposition photographique hommage à Martin Luther King
-Le "Mur des réconciliations"
-Des rencontres-débats
-Une exposition photographique sur la "Réconciliation"
-Des concerts ...